Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: L'histoire sans fin ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> WEA -> Bla bla général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ternak
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2008
Messages: 175

MessagePosté le: Ven 25 Juil - 10:47 (2008)    Sujet du message: L'histoire sans fin Répondre en citant

Pour les plus créatifs d'entre vous, un petit jeu d'écritures. Une personne commence une histoire (entre une dizaine et une trentaine de lignes) et la personne qui le désire la continue (entre une dizaine et une trentaine de ligne) et une autre personne la continue,etc... . Évidemment, il faut que cela ait un sens par rapport à ce qui a été écrit avant mais cela peut partir dans tous les sens !
_________________
J'écoute ni les cons ni les autres dans le doute


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 25 Juil - 10:47 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maguie
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2008
Messages: 86
Localisation: Chelles

MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 16:11 (2008)    Sujet du message: L'histoire sans fin Répondre en citant

Marc vient de se réveiller et ne pense déjà qu'à ça. Toute la soirée, il a retourné le plan dans sa tête des dizaines de fois, mais rien n'y fait, il est bel et bien dans une impasse. Il faut qu'il le fasse, il n'a plus le choix maintenant ; pas après tout ce qu'il s'est passé chez Léon. Il pourrait fuir, il y a pensé bien évidemment, mais à quoi bon ? Pourquoi faire ? Repartir à zéro ? Refaire sa vie ? Il n'en a pas envie, il a vécu trop de choses ici, il est attaché à trop de gens. Il préfère crever ici que vivre ailleurs.

Il tend la main pour choper son paquet de clopes sur la table de chevet et s'assoit au rebord de son lit. Ses mains tremblent ; première cigarette de la journée et peut être bien la dernière de sa vie. Marc a la gerbe et n'a encore rien mangé mais tire sa clope de toutes ses forces et en recrache une bouffée salvatrice. Ça l'apaise. Il reprend peu à peu le contrôle de son corps et de son esprit. Ses mains ne tremblent plus. Après tout, rien n'est perdu, il reste encore un espoir. Plus que six heures maintenant, et il sait qu'il va devoir garder son sang froid, la moindre trace d'inquiétude sur son visage pourrait éveiller les soupçons de son père. Ce serait la fin.

Marc, se replonge dans son lit et allume la télé ; après tout il lui reste encore quelques heures pour se préparer et rester comme ça à réfléchir lui ferait plus de mal que de bien. Cela fait maintenant un peu plus d'une heure qu'il s'abrutit devant une rediffusion d'une émission de télé réalité et Marc commence à avoir le cerveau embué.
Il ne fait qu'un bond, son cœur bat à tout rompre. "Putain de merde, personne ne sait que je suis ici !"
On vient de frapper à la porte ...
  
TERNAK
  


Le moteur de la Mégane se tait pour permettre au silence matinal de reprendre sa  place, dans ce parking plein air du commissariat. Vincent sort de sa voiture laissant échapper un nuage de fumée de son souffle, témoignant de la rudesse de cette aube hivernale. Avant de fermer sa portière, il enfile son manteau noir faisant ressortir ses yeux émeraudes ; le boutonne jusqu’au cou ne laissant dépasser que ses boucles brunes. Il hâte le pas pour se réfugier à la chaleur du 36. Comme chaque matin, afin d’entretenir sa forme, il gravit trois étages d’un pas alerte, pour atteindre son bureau. Cette fois ci, avant même de pouvoir se réfugier dans son antre professionnel, il croise Stéphane, un de ses collègues.  

Stéphane : «  Salut Vinz ! »
Vincent : « Salut Stéphane ! Comment ça va ? La nuit pas trop dure?»
Stéphane : « Bien ! Bien ! Merci ! Avant que j’oublie, je t’ai noté une adresse sur ton bureau.
                   C’est un mec qui a téléphoné pour toi, il a dit que tu comprendrais ! »
Vincent : « Un mec ! Il a donné son nom ? »
Stéphane : « Yes, je l’ai noté aussi ! C’est euh….. Léon ! »
Vincent : « Ok ! Merci ! A plus tard ! »
 
Sans même attendre, ou sans même entendre la réponse de son interlocuteur, Vinz accélère encore plus le pas, pour parcourir le dernier couloir avant son bureau. Il entre, un coup d’œil furtif pour trouver le post-it, le prend et repart vers sa voiture. Le voyage du retour est encore plus court que l’aller, sans même s’en rendre compte il tourne déjà la clé pour démarrer sa Mégane. Il prend enfin cinq secondes pour regarder l’adresse ; il connaît, il y sera dans un petit quart d’heure… 
  
MAGUIE
  


Léon arrive à son restaurant. Il revient du marché où il est allé chercher quelques matières premières : salades, tomates, oignons, poivrons, et autres légumes qu'il mijote pour ses clients. Mais aujourd'hui, ce n'est pas pareil. Il ne peut s'empêcher de repenser à ce qui s'est passé la veille.
    En fin de soirée, alors qu'il ne restait que quelques habitués, l'un d'eux, Marc, avait eu un comportement plus qu'étrange. Il était venu seul, comme à son habitude et s'était installé à sa petite table en coin, celle que Marc préfère pour son calme. Puis un homme l'a rejoint et s'est installé face  lui. Ils se sont mis à discuter à voix basse. Jusque là, tout allait bien. Puis tout d'un coup, Marc s'est levé brutalement en renversant la table sur son invité et courant vers la porte. L'homme qui l'accompagné repris vite ses esprit et courus à sa poursuite. Enfin, c'est ce que le serveur lui avait rapporté, car lui était en cuisine au moment de l'incident.
    Léon savait très bien que son petit restaurant n'était pas le mieux famé du monde. Certains des clients avaient l'air plus que louche, mais comme il n'y avait jamais eu de problèmes, il avait toujours fermé les yeux. Ce qui le surprenait, c'est que l'incident soit venu de Marc. Marc venait souvent trainer ici. Il s'installait à sa petite table en coin, commandait toujours un steak bien saignant avec des carottes à la crème. Il prenait le temps de manger, observant autour de lui. Il n'était pas rare qu'il soit le dernier à partir. Léon venait souvent le rejoindre en fin de service pour lui offrir un verre. Pas que Marc soit son meilleur client, mais Léon avait une sympathie innée pour cet homme qui aimait passer du temps dans son modeste restaurant. Malgré ses têtes à têtes, Léon ne savait rien de Marc. Il lui avait dit qu'il travaillé avec son père d'un air tellement lasse que Léon n'avait pas insisté. Ils parlaient de tout et de rien, mais pas d'eux.
   Léon fut sorti de sa rêverie par quelques légers coups donné sur la vitrine. Il reconnu de suite son ami Vincent. C'était un flic à qui il lui arrivait de donner quelques infos. Il l'avait appelé à cause de la veille. Cette histoire le travaillait vraiment. Il alla lui ouvrir la porte, referma derrière lui et l'invita à prendre un café avec quelques biscuits à la cuisine, pour ne pas être vu. Une fois installé, il entreprit de lui raconter toute l'histoire.
  
SHYSHY
  


Marc, stressé, s'approche silencieusement de la porte pour que la personne dans le couloir ne l'entende pas. Il regarde par l'œil de bœuf et voit une équipes d'hommes en noir bien armés, il comprend tout de suite que la personne d'hier soir avait réussi à retrouver sa trace.

Cet homme qui avait été autrefois été son ancien patron jusqu'au jour Marc lui vola plusieurs kilos de cocaïne. L'homme ne pensait qu'à récupérer sa came et se venger de son ex bras droit.

Sans réfléchir, Marc enfile ses habits, ouvre la fenêtre pour passer par l'échelle de secours mais s'aperçoit qu'une voiture noire l'attend en bas de l'immeuble. Tout d'un coup, Marc entend des coups de feu, il comprend immédiatement que les portes flingues avaient réussi à forcer la porte de la chambre d'hôtel où il avait trouvé refuge. Sans plus attendre, il ouvre le tiroir de sa table de chevet pour prendre son arme et se défendre.
  
MOKASAN
  


C’est alors que marc dans une prise de conscience soudaine et précipité se dit alors :
-     je n'ai pas besoin de cet arme ... mon seul refuge ... c'est de retourné là ou tout a commencé ... !!
Marc alors ouvrit la fenêtre se faufila et tira sur l'échelle escamotable pour pouvoir descendre tel un pompier sur sa barre tubulaire, arrivé en bas marc prend ses jambes a son coup, prend une ruelle a gauche une autre a droite et cours pendant un long moment.
Marc a bout de souffle a bout de nerf se cache derrière un vieux conteneur ou traînai des peaux de bananes, d'orange, de courgette et autres déchets alimentaire, une odeur régnait ici et là, nauséabonde et putride. Il n'en pouvait plus et ses tripes lui on fait défaut, il a dégobillé tout ce que son ventre contenais entre autre le reste de lasagnes qu'il avait ingurgité chez Don Pedro de la casa ... Marc se dit alors bien bas, au font du gouffre, et sa seule pensé a ce moment là fût pour Selenna, son premier véritable amour qu'il avait rencontré non loin d'ici lors d'un banal accrochage ... Là paisiblement installer et a l’abri, marc se rappelle ...
-    Selenna ... oh Selenna ... pourquoi ? Pourquoi est tu partie ? Regarde-moi maintenant, regarde ce que je suis devenu !

BLING BANG CLASH !!!

Un bruit d'éclat de bouteille de vin se fit retentir a côté de lui, marc a le cœur qui bat a cent a l'heure et d'un œil discret relate autour de lui d'où cela peut il venir.
-    dégage d'ici pauvre clochard, t'es dans une propriété privée ... oust ... s'exclama une femme en tenue de cuisinière
-    sort de là de suite ou j'appelle la police ... lui dit-elle

Cette voix, une voix si familière ... marc resta plantait là de stupeur au milieu des pommes de terre et des carottes. Il s'écria :
-    Anna ... c'est toi.. Anna !!
-    on se connait ? dit-elle
-    oui c'est moi Marc tu me reconnais ?
-    Marc...euh ... mais ... que fait tu là dans cet état ?
-    c'est une longue histoire je suis désolé que ce soit dans une circonstance pareil !!
-    mais voyons ... rentre imbécile, viens te mettre au chaud et raconte moi tout.

Marc tout penaud se leva et entra dans la demeure d'Anna avec un moment d'hésitation il lui demanda de faire un brin de toilette et Anna lui montra le chemin et lui proposa de lui faire un bon chocolat chaud en l'attendant ... une foi fini marc s'assoit et lui raconta la longue histoire...
  
LOUXOR
  

-    Et voilà ! Tu sais tout maintenant !
-    Eh ben tu t'es fourré dans de beaux draps, lui rétorque Anna
-    Oue, oue, je sais, mais bon je n’avais pas vraiment le choix. Et puis tu connais mon père, il aurait tout de suite tout raconté à Jean-Baptiste, et ça aurait été foutu pour Michel.
-    Michel c'est bien le gars aux chameaux, demande Anna, pas très sûre d'avoir bien compris l'histoire
-    Non, non, Michel c'est le mec de l'assurance, celui qui s'est pointé à l'enterrement de Sophie avec un paquet de petit LU
-    Humhum, marmonne Anna complètement perdue.

Elle décide de se lever et va en direction de la cuisine :
-    Tu veux un autre chocolat chaud ?
-     Non merci, ça ira
-    Bon ben je vais m'en faire un pour moi si ça ne te dérange pas, lui dit-elle en souriant.

Marc, hoche de la tête bêtement en tant que signe approbateur. Anna s'engouffre donc dans son long couloir et rejoint la cuisine. Un bruit sourd suivi d'un bruit de débris de verre se fait entendre. Marc se redresse subitement du canapé où il est installé et se penche pour regarder vers le couloir. Anna est allongée par terre, un trou de balle en plein milieu du front (assez cocasse non ?). La tasse qu'elle tenait à la main est maintenant sur le sol, en morceaux. Marc, sous le choc, peine à se lever tandis que 2 hommes, habillés en blanc des pieds jusqu'à la tête sortent de la cuisine, silencieux à la main. Marc tente de s'enfuir mais il est trop tard, un des deux hommes lui tire une balle en plein dans le crâne. C'en est finit de Marc. Les deux hommes se regardent, un rictus vicieux au coin des lèvres ; puis le plus grand des deux braque d'un mouvement rapide son compagnon et le descend à son tour. L'homme en blanc survivant, sort un téléphone portable d'une des poches de sa veste et compose un numéro. Il colle l'appareil à son visage et dit :

-    Le lapin est mort, je répète "le lapin est mort", l'étape n° 2 peut commencer...
  
TERNAK
  


AHAHAH !

Trempé de sueur, Marc se réveille de cet étrange rêve, ou plutôt cauchemar. Il lui faut quelques secondes pour se remettre de ses émotions. Il émerge enfin, juste assez pour se souvenir qu’il était bien trop ivre hier pour rentrer chez lui, et qu’il s’est arrêté dans ce petit hôtel. Il sourit car il vient juste d’imaginer la tête de son frère, Vincent, quand il va lui raconter son rêve complètement loufoque, sans oublier le passage où Vinz arrive héroïquement dans le restaurant de Léon, le très sympathique serveur rencontré hier soir.



Le moteur de la Mégane se tait et Vincent, frissonnant de froid, sort de sa voiture. Les trois étages qu’il monte habituellement d’un pas alerte, lui font mal aux jambes; surement des séquelles de la soirée avec son frère ! Il arrive à son bureau pour y découvrir un message, surement laissé là par un de ces collègues du matin : Aller voir Léon demain à 10h. C’est en lisant ce post-it qu’il s’aperçoit qu’il n’est pas encore remit de sa soirée d’hier. En effet, malgré un effort surhumain pour se mettre à réfléchir, il ne voit vraiment pas qui peut être ce Léon !


Toc Toc Toc !

Alors qu’il allait allumer la TV, Marc entend qu’on frappe à la porte ! Il reste figé un moment, car comme dans son rêve,  personne ne sait qu’il est ici ! Il rigole, et se rassure en imaginant la femme de ménage de l’hôtel. Par soucis de prudence il regarde quand même discrètement, il tressaillit alors et recule de plusieurs mètres. Ce n’est pas possible, il rêve encore se dit-il ! Il ne peut pas y avoir deux hommes vêtus de blanc derrière cette porte. Alors que fusent les questions et les doutes dans sa tête, la porte cède sous l’impact, d’un violent coup de pied, du plus imposant des deux hommes en blanc…
  
MAGUIE
  


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:36 (2018)    Sujet du message: L'histoire sans fin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> WEA -> Bla bla général Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com